Le Chengdu J-20

Texte : Luc Leonardi – Photos : Sinodefence.com – Illustration : especial.org

Depuis quelques temps, on voit apparaître sur le web et dans certains magazines des photos d’un avion chinois tout noir aux formes curieuses, appelé J-20. J signifie pour Janjiji, chasseur, tandis que 20 serait le numéro attribué dans la nomenclature de la PLAAF (People’s Liberation Army Air Force – tout un programme ; quand une armée est estampillée « populaire », « démocratique » ou « de libération », on peut facilement traduire par « impopulaire », « dictatoriale » ou « à arrestations arbitraires », mais là n’est pas le propos.)

L’examen de certaines photos apporte plusieurs informations :

Tout d’abord, la taille de l’avion est comparable à celle du Su-27 « Flanker ». Elle indique soit une possibilité de grande autonomie, soit moins vraisemblablement une consommation excessive des réacteurs, soit une insuffisance en matière de technologies de miniaturisation. Les Chinois qui sont les as de la copie ont cette fois affaire à des technologies sensibles. Il peut s’agir de leur première tentative en matière d’avion furtif, donc d’une sorte d’ébauche.

Le volume du radôme de nez semble indiquer une capacité d’emport d’un radar de poursuite performant, probablement avec capacité de visualisation et de tir vers le bas.

La forme des dérives orientables monobloc, à braquage différentiel, rappellent celles du prototype soviétique E-266 qui a mené au MiG-25. Elles sont étonnamment petites, ce qui doit poser des problèmes de stabilité en lacet aux grands angles d’attaque, d’où la présence de quilles ventrales à l’arrière.

Les tuyères à section variable ne sont pas équipées de dispositifs de vectorisation de la poussée. La petite taille des dérives incline à penser que le prototype n’est pas équipé de tels dispositifs pour des raisons de coût et de poids, mais que l’avion de série si série il y a un jour serait équipé de tuyères orientables. L’avion semble emporter un parachute-frein dans un logement situé sur le fuselage entre les deux tuyères.

Les surfaces canards monobloc orientables, les volets de bord de fuite et de bord d’attaque dénotent une recherche de maniabilité, même au détriment de la furtivité. Tant que faire se peut, les formes sont arrondies, dénotant la recherche d’une certaine furtivité : les entrées d’air masquent les disques de rotors de compresseurs, les carénages des vérins de commande des élevons et des volets (flaps) sont profilés. Vu de face, l’avion ressemble d’ailleurs un peu au F-22 Raptor. Les trappes de train ont des bords dentelés, comme sur le F-22 et le F-117. Le train d’atterrissage est celui d’un avion nécessitant des pistes de qualité. L’avion est probablement équipé de démarreurs autonomes sur les deux réacteurs (APU) ainsi que d’une crosse d’arrêt d’urgence. Les petits carénages sous les saumons d’ailes pourraient être un dispositif d’alerte radar (Radar Warning Receiver-RWR).

A l’instar du F-117 et du F-22, aucun point d’armement n’est visible ; cela peut n’être dû qu’au fait que cet avion soit un prototype ou un démonstrateur technologique, mais les dimensions du caisson ventral font plutôt penser à une volonté d’emport de l’armement en soute, à nouveau pour des questions de furtivité.

Le cockpit semble équipé d’un viseur tête-haute à affichage holographique. Il serait équipé de larges écrans multifonctions. La verrière exempte de montants semble indiquer que les Chinois maîtrisent parfaitement cette technologie.

Le gros numéro 2001 peint sur le nez de l’avion pourrait indiquer 20 pour J-20 et 01 pour prototype 01, sous-entendant que d’autres prototypes sont prévus ou existent déjà. Au-dessus de ce numéro figure ce qui semble être des feux de formation. Il se pourrait que le J-20 soit utilisé comme le MiG-31 « Foxhound » pour la couverture aérienne à longue distance et comme station-relais de données.

CI-DESSOUS ARTICLE EN ANGLAIS

New chinese stealth aircraft : Chengdu J-20 Black Eagle

Since some time, one can note on the web and in some magazines the appearance of a fully black-coloured chinese aircraft with strange shape, named J-20. J stands for Jianjiji, fighter, the number 20 being the number allocated in PLAAF (People’s Liberation Army Air Force – a whole program ; when an army is earmarked as « popular », « democratic » or « liberation », one can easily translate for « impopular », « dictatorial » ou « repressive against citizens », but we’re going aside the main subject)

Examination of these photos bring several informations :

At first, the plane’s size can be compared to Su-27 « Flanker » one, indicating either a great range capability, either less probably a high fuel consumption, or a lack of know-how regarding miniaturized components. The Chinese being first-class in copying foreign aircraft have to deal here with highly sensitive technologies. It can be one of their first steps in building a stealth airplane, hence some sort of draft.

The nose radome size seems customized for a long range search-and-track, look-down / shoot-down radar.

Single-piece, differentially movable rudders shape remind of the soviet E-266 prototype which led to the MiG-25. They are surprisingly small, then seemingly not very effective for yaw control at high angles of attack, hence the ventral fins at the rear of the aircraft.

Variable-nozzle exhausts aren’t fitted with vectoring thrust equipment. The vertical fins small size make suppose the prototype isn’t fitted with vectoring thrust nozzles for cost and weight reasons, series production aircraft if they arise once being able to be fitted with such devices. There is a drag-chute compartment on the upper fuselage between both exhausts.

All-movable canard foreplanes, wing flaps and slats indicate the search for manoeuvrability, even at the expense of stealthiness. Most shapes are as much as possible smoothly curved, emphasising the search for stealthiness : air intakes mask compressors discs and flaps and elevons actuators fairings have a well-rounded profile. Seen from the front, the J-20 looks a bit like the F-22 Raptor. Landing gear doors are cut like F-22 and F-117 ones. The landing gear makes operation possible from well-paved airports only. The plane is probably fitted with an arresting hook and independent Auxiliary Power Units (APU) on each engine. Small fairings under wingtips could be for Radar Warning Receiver (RWR) system.

As on the F-117 and F-22, no external hardpoint for stores is visible on the photos ; this can be either due to the prototype / technology demonstrator status of the aircraft, but the ventral fuselage shape and size makes wonder about a probable hold carrying missiles, again to emphasize stealthiness.

Thee cockpit seems to be fitted with a holographic Head-Up Display (HUD). It is believed to be fitted with large Multi-Function Displays (MFD). The totally glazed, non-framed hood indicate the Chinese are perfectly mastering necessary technology.

The big number 2001 painted on aircraft nose could be interpretated as 20 for J-20 and 01 for airframe 01, meaning other prototypes are either in construction or already exist. Just over the number, it seems there are formation lights. It possible the J-20 will be used for long-range interception and air superiority, as well as data transmitter as is the case for the MiG-31 « Foxhound ».